Josef Albers (1888-1976)

L’artiste américain d’origine allemande, éducateur et abstrait post-peinture Josef Albers était l’innovateur de la peinture Color Field et des styles d’art op. Cependant, sa plus grande réalisation est la création de la théorie des couleurs.

Albers devant un de ses tableaux Hommage au Carré
Albers devant un de ses tableaux Hommage au Carré

Source: https://en.wikipedia.org/wiki/Josef_Albers#/media/File:Josef_Albers.jpg

La vie et l’héritage

Josef Albers est né en 1888 à Bottrop, en Allemagne. Après avoir fréquenté la Konigliche Kunstschule de Berlin, de 1913 à 1915, il devient professeur d’art certifié. Albers a étudié la lithographie à Essen et a fréquenté l’Académie de Munich. En 1920, à l’âge de 32 ans, Albers entre au Bauhaus et commence à travailler comme verrier. Puis, vers 1923, il a commencé à enseigner le Vorkurs, un cours de conception de base. De plus, lorsque le Bauhaus a déménagé à Dessau, en 1925, il est devenu Bauhausmeister (professeur). Là, il a enseigné aux côtés de ses collègues artistes Paul Klee et Wassily Kandinsky. À ce stade, son champ d’expertise comprenait le verre, le métal, le design de mobilier et la typographie.

'Glove stretchers III (Tendeurs de gant III)', Josef Albers, 1928. Centre Pompidou, Paris.
‘Glove stretchers III (1928) par Josef Albers

Source: https://search.creativecommons.org/photos/c50887cd-c0ef-459b-b5ea-bebcd8b8331f par Lejeune Grégory

Avec la fermeture du Bauhaus, il s’est enfui aux États-Unis et a obtenu un poste d’enseignant au Black Mountain College. Ici, il a commencé à développer ses théories artistiques, en commençant par la série Variant/Adobe (vers 1947), qui explorait systématiquement la gamme d’effets visuels rendus possibles par de subtiles variations de couleur, de forme et de positionnement des éléments d’une image. Durant cette même période, il expose son travail, tant ses expérimentations esthétiques actuelles que sa précédente fabrication Bauhaus. En 1949, Albers a quitté le Collège pour occuper le poste de président du département de design de l’Université de Yale de 1950 à 1958, où il a enseigné à Richard Anuszkiewicz et Eva Hesse.

Son œuvre

Alors qu’il donnait des cours à Yale, Albers a commencé son œuvre la plus célèbre, la série Homage to the Square. Il s’agit d’un exercice sur les effets optiques de la couleur dans les limites d’une forme carrée uniforme. A 70 ans, il quitte Yale. Par la suite, il a élargi ses activités à la peinture, à la gravure, aux peintures murales et à la commande d’architecture. En 1971, il devient le premier artiste vivant à être honoré par une rétrospective solo au Metropolitan Museum of Art de New York. Il est décédé en 1975, dans sa maison de Haven, Connecticut.

Josef Albers- Bauhaus Dessau
Josef Albers- Bauhaus Dessau

Source:https://search.creativecommons.org/photos/39f15f79-2c03-4ca1-b5e6-68d1c8a3d4b3 par michimaya

Impact

Albers a laissé un impact profond sur l’art moderne et son histoire, refaçonnant l’éducation et la pédagogie artistiques comme la clé d’un futur public pour l’art. Son approche proposée était non dogmatique, anti-hiérarchique et suivait la méthode scientifique d’observation et d’expérimentation. De plus, il visait à « ouvrir les yeux » des étudiants en bouleversant les habitudes de perception enracinées et en considérant les formes en dehors de leurs associations conventionnelles, réduites à leurs caractéristiques de base (ligne, forme, matière, couleur). Ses stratégies de « défamiliarisation », telles que le dessin avec la main non dominante, l’écriture en miroir, l’exploration des illusions d’optique et la représentation d’espaces « négatifs », aiguisent l’observation visuelle, la précision et la conscience et font désormais partie intégrante de la formation académique des artistes visuels.

Bottrop Josef- Albers Museum Quadrat
Bottrop Josef- Albers Museum Quadrat

Source: https://search.creativecommons.org/photos/40aee206-3ccc-4790-8378-faef56a10cab par ruhr-projekt

Corps de travail

Au cours de sa vie, Albers s’est concentré sur plusieurs séries de peintures, réalisées à partir de dessins géométriques similaires qui donnent des effets d’ambiguïté, dont le but est d’explorer systématiquement les effets de la perception. Sa série la plus connue, « Hommage au carré » (série commencée en 1949), est composée de simples carrés qui se répètent et se chevauchent, colorés de différentes nuances qui créent un effet optique de profondeur. La disposition de ces carrés est soigneusement calculée afin que la couleur de chaque carré modifie optiquement les tailles et les relations spatiales des autres. Ces œuvres ont constitué la base de sa première exposition personnelle, la première donnée à un artiste vivant au Metropolitan Museum of Art de New York en 1971.

Josef Albers - "Hommage à la place"
Josef Albers – “Hommage à la place”

Source: https://search.creativecommons.org/photos/bdeab338-616d-4a7b-9788-b6d8930258e2 par Kent Wang

Outre les commandes de peinture et d’architecture, Albers a publié de la poésie, des articles et des livres sur l’art. Par conséquent, il a eu une influence importante sur des générations de jeunes artistes. Sa principale préoccupation était l’interaction de la couleur ; c’est-à-dire voir ce qui se passe entre les couleurs. L’approche des couleurs d’Albers est démocratique et accessible. Il a préféré le papier de couleur à la peinture car le papier permettait l’utilisation répétée d’une seule couleur. Bien qu’il ait évité les étiquettes stylistiques, il est crédité d’avoir influencé la naissance des mouvements d’abstraction géométrique et de minimalisme.

Sa restriction auto-imposée au monochrome lui a permis d’aborder le spectre complet avec une confiance remarquable; il n’était pas seul dans cette démarche, semblable à celle d’autres grands coloristes : Georges Seurat restreignit sa palette au monochrome pendant deux ou trois ans dans les années 1880 également, et Henri Matisse se concentra sur l’utilisation du noir en évidence vers 1918.

La forme de la couleur

Albers ne s’intéressait pas à la science du mélange des couleurs, ni à l’optique et à la réfraction. Son intérêt pour l’art découlait d’un intérêt personnel et il voulait savoir comment les êtres humains percevaient la couleur. Il a déclaré: “À une époque où une sensibilité humaine accrue est devenue un besoin si évident dans tous les domaines de l’implication humaine, la sensibilité et la conscience des couleurs peuvent constituer une arme majeure contre les forces d’insensibilité et de brutalisation.”

Josef Albers, "Interaction de la couleur" (1963)
“Interaction de la couleur” (1963) par Josef Albers,

Source de l’image: https://search.creativecommons.org/photos/fd6c2188-4f3e-46ee-811f-5c8d4f533130 par moonlightbulb

L’objectif de l’artiste est de “révéler et évoquer une vision”, thème très cher à la génération à laquelle il appartenait. De plus, souhaitant transmettre le même message, Klee avait déclaré que “l’art ne reproduit pas ce qui est visible mais rend visible ce qui ne l’est pas toujours”. Dans l’œuvre d’Albers, la volonté « d’ouvrir les yeux » de ceux qui regardent vient de la croyance qu’ils peuvent voir le miraculeux dans le monde physique. Et son art en est une manifestation. De plus, les peintures sont organisées selon trois lignes directrices principales : la ligne, la forme et la couleur.

Josef Albers, 1927 : Photo de quatre chaises qui s'emboîtent les unes sous les autres. De plus, les sièges sont de couleurs différentes.
Josef Albers, 1927

Source: https://search.creativecommons.org/photos/46dfaf65-da30-4719-828e-25fda00d2cce par  workflo


Source des informations:

https://www.theartstory.org/artist-albers-josef-life-and-legacy.htm  http://blog.yalebooks.com/2017/03/24/spotlight-on-josef-and-anni-albers/  http://www.anothermag.com/art-photography/3602/top-10-josef-albers-facts

Ads Blocker Image Powered by Code Help Pro

Ads Blocker Detected!!!

We have detected that you are using extensions to block ads. Please support us by disabling these ads blocker.

Powered By
Best Wordpress Adblock Detecting Plugin | CHP Adblock